L’histoire du confort peut nous renseigner sur notre monde. Au fil du temps, elle a acquis une réputation de luxe. Mais c’est fondamental pour notre bien-être. Et il est temps que nous le récupérions.

Le confort n’a pas la réputation d’être une bonne chose. Au travail, on nous dit que nous devons sortir de notre « zone de confort ». On dit que nous sommes « trop à l’aise » dans nos rôles, comme si c’était une mauvaise chose. 

Mais comment s’est-on fait piéger en nous vendant l’idée que le confort est quelque chose de malsain, de décadent ou de désobligeant? Quelque chose qui était standard pour la noblesse mais que le reste d’entre nous n’était tout simplement pas censé vouloir? 

Les réponses remontent au monde antique et offrent un aperçu fascinant. 

Le mot « confort » trouve son origine dans le latin de l’Empire romain tardif. Confortare signifiait con-fort, ou « avec force » : renforcer ou fortifier quelque chose ou quelqu’un. Un général « réconforte » ses troupes en les stimulant par un discours émouvant à la veille de la bataille et en s’assurant qu’elles sont bien nourries et reposées.   

Le réconfort a conservé ce sens jusqu’au Moyen Âge en Europe, avec l’enseignement selon lequel la vie vertueuse était un labeur constant, et le réconfort ne pouvait être trouvé que dans les bras de la religion. En 1200, il désignait le sentiment de soulagement dans l’affliction ou le chagrin, le réconfort ou la consolation.

Pourtant, lorsque la révolution industrielle a balayé l’Europe, un phénomène étrange s’est produit : le confort a pris une dimension résolument physique. 

Les horloges sont entrées pour la première fois dans la vie des populations en pleine croissance des villes et des villages sous la forme d’alarmes d’usine et de sirènes de chantier. Les ouvriers qui travaillaient 16 heures par jour dans des usines polluées avaient besoin de cette sensation de force. Et à peu près à la même époque, le sens du terme « confort » a évolué pour devenir un « état de jouissance tranquille » (1770) et une « aisance physique » (1769). 

Pour les propriétaires d’usines, le sommeil et la fortification reposante de leurs ouvriers n’étaient pas des choses qui augmentaient leurs marges bénéficiaires. 

Il n’est pas étonnant que le terme péjoratif de zone de confort ait été inventé par des théoriciens de la gestion d’entreprise en 2009 pour définir comment les gens sont à l’aise et contrôlent leur environnement, en éprouvant de faibles niveaux d’anxiété et de stress. Ils ont ensuite qualifié ces sentiments de négatifs, simplement parce que cet état est censé rendre moins urgent le fait de s’efforcer et d’innover pour l’entreprise. 

The meaning of comfort changed during the Industrial Revolution.

L’éloge du confort

Si un mot peut retracer notre lente séparation d’avec notre droit au confort, son histoire peut aussi nous dire qu’il est grand temps de le reconquérir. 

La pandémie de COVID-19 a démontré que les schémas de nos vies sont aussi étroitement liés à notre bien-être qu’à notre productivité et à nos performances. 

Elle a vu des entreprises adopter le travail hybride, appréciant le fait que permettre au personnel de travailler à domicile n’a pas conduit à une baisse de la productivité. 

La combinaison de sécurité, de résilience, de faibles niveaux de stress et d’une atmosphère calme dont les patrons d’usine et les analystes commerciaux ont essayé de nous dissuader de leur utilité se révèle de plus en plus comme un principe fondamental, non seulement de la santé physique et de notre capacité à vivre pleinement, mais aussi de notre bien-être mental. 

 

La révolution du confort

C’est l’une des raisons pour lesquelles les valeurs d’ECCO s’alignent sur un nouveau mouvement, l’activisme de confort. 

Il estime que le confort n’est pas quelque chose qui va de soi, que nous devrions tous avoir accès aux avantages mentaux et physiologiques du confort. C’est pourquoi nous faisons activement campagne pour que le confort soit la clé de tant d’autres aspects de notre être. 

Et c’est un mouvement qui gagne du terrain dans le monde entier. 

Avec la pandémie, une révolution tranquille a eu lieu dans l’habillement et les chaussures, l’ameublement et la technologie. Dans le monde entier, nous avons vu les consommateurs apprivoiser à nouveau le confort. Nous avons commencé à utiliser et à porter des choses qui nous conviennent mieux. Les vêtements de bureau formels et inconfortables et les talons hauts exigeants ont tous deux connu une baisse considérable des ventes et cela ne devrait pas changer. 

Le manifeste se précise et est défendu par les militants du confort dans le monde entier. Au Japon, la campagne #KuToo, un jeu de mots entre le japonais kutsu, qui signifie chaussures, et kutsuu, qui signifie douleur, met à l’avant-scène la discrimination fondée sur le sexe causée par les employeurs qui exigent que les travailleuses portent des talons hauts.  

Le changement à venir 

C’est un bon moment pour le changement. ECCO s’engage déjà à fabriquer des chaussures dont le confort est intégré de manière standard. Sara Rödel, Design Studio DK. Le responsable de concept de l’atelier de design ECCO ne croit pas que le style doive se faire au détriment du confort. 

ECCO, dit-elle, peut fabriquer des chaussures à talon et des bottes qui sont fidèles à la promesse de confort de la société, tout en défiant les conventions de la fabrication traditionnelle de chaussures. « Nous sommes sensibles à la forme anatomique du pied », explique-t-elle. « Traditionnellement, les chaussures sont fabriquées à l’aide d’une forme — la forme 3D autour de laquelle une chaussure est conçue — qui a un fond plat, où la semelle est fixée avec de la colle ou des coutures. 

« C’est là que nous faisons les choses différemment. Une forme ECCO imite l’anatomie naturelle du pied humain. Les semelles sont injectées sur cette forme au profil naturel. En fait, le profil d’une personne est programmé directement sur le profil de la semelle. Nous l’appelons Fluidform ou technologie du confort direct

« Pour les chaussures à talons plus hauts, nous avons développé une modification de cette technologie où nous avons une tige de soutien anatomique qui soutient le pied en mouvement. La semelle est injectée sur la construction et se fond dans le cuir pour créer un contrecollage souple. Cela permet d’obtenir une chaussure avec un contrecollage beaucoup plus solide entre la semelle et la tige et rend les chaussures plus souples et plus flexibles. » 

La position d’ECCO est discrètement révolutionnaire. Elle a élaboré un manifeste en cinq points sur la manière dont elle tentera, avec votre aide, de faire connaître cette idée de bien-être. 

L’ACTIVISME DE CONFORT D’ECCO - UN ENGAGEMENT EN 5 POINTS

Le confort est au rendez-vous — Des espadrilles aux bottes à talons hauts, nos modèles sont sensibles à l’anatomie, le pied étant la priorité. C’est le cœur de notre processus de création. 

L’ajustement et la fonctionnalité d’abord — Nous nous concentrons sur un design clair et fonctionnel — et le confort est le facteur clé. 

La technologie qui aide — Nous avons maîtrisé la technologie d’injection directe, de sorte que la colle ou les coutures ne sont pas nécessaires. Cela crée une chaussure flexible adaptée aux contours de vos pieds. 

Promesse hors du commun — Nos chaussures n’ont pas besoin d’être rodées. Elles sont confortables dès le premier pas. 

Confort longue durée — Toutes les chaussures ECCO sont conçues pour être portées longtemps et resteront confortables tout au long de leur vie. 

Récupérer son confort 

ECCO SOFT X MEN'S STREET-STYLE SNEAKER
ECCO SOFT X MEN'S STREET-STYLE SNEAKER
N/A
Ajouter au panier
ECCO THERAP
ECCO THERAP
N/A
Ajouter au panier
SNEAKER ECCO STREET TRAY POUR HOMMES
SNEAKER ECCO STREET TRAY POUR HOMMES
169,99 C$ 240,00 C$
Ajouter au panier

Vous pourriez aussi aimer